DON DU SANG Abstinence imposée aux gays et bis. 4 MOIS DE TROP

Nous relayons le communiqué de L’Inter-LGBT dont Les ActupienNEs sont membres et auquel nous avons participé à la rédaction. 

Depuis la révision des critères d’exclusion du don du sang de l’été 2016, les gays et les hommes bisexuels devaient s’imposer une abstinence sexuelle d’un an avant de pouvoir donner leur sang. La Ministre des Solidarités et de la Santé a rendu sa décision cette semaine d’abaisser la période d’abstinence à 4 mois, au terme de travaux d’études menés depuis 2 ans. Même si cette nouvelle mesure permet de favoriser l’accès au don du sang aux HSH, elle n’est en rien un motif de réjouissance : c’est maintenir une logique de population à risque plutôt que d’évaluation des comportements sexuels individuels. C’est faire perdurer une logique stigmatisante plus du tout en accord avec les connaissances du VIH et des hépatites et issue d’un vieux monde sanitaire très discriminant.

L’épidémie du VIH demeurant à un rythme élevé chez les gays, les bis et autres HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) est la raison invoquée par les autorités sanitaires pour ces critères spécifiques. C’est faire fi de la diversité des comportements sexuels, de leurs fréquences, des situations amenant à des risques de contamination au VIH et aux hépatites et de l’utilisation d’outils de protection contre ces IST. C’est pourtant ce que l’étude COMPLIDON a permis de mettre en avant concernant les comportements des donneurs, notamment homos et bis.

L’Inter-LGBT rappelle que tout rapport sexuel entre hommes n’est pas une source de risque pour un potentiel don, contrairement à ce que sous-entendent ces critères ne définissant pas ce qu’est un rapport à risque. Nous dénonçons également la poursuite d’une posture sérophobe étatique organisée, en maintenant l’interdiction des partenaires de personnes séropositives au VIH, d’autant plus quand la charge virale est indétectable, si elles et ils n’ont pas été abstinentEs sexuellement durant les 4 derniers mois précédant le don. Ces deux critères d’exclusion au don du sang envoient des messages contreproductifs en termes de prévention contre le sida et les IST et de stigmatisation des personnes gays et des bis.

Le débats lors des réunions du comité de suivi a également pointé l’influence d’une période d’abstinence trop strict, non réaliste et non viable sur la durée, poussant les personnes concernées à ne pas respecter ce critère. L’égalité de traitement entre touTEs assurerait un meilleur respect de ces critères, des comportements préventifs adéquats et des réponses au questionnaire pré-don reflétant la réalité, cela au bénéfice de la sécurité du don pour les receveurSEs.

Enfin, la Ministre des Solidarités et de la Santé s’est prononcée à l’Assemblée Nationale au sujet du renforcement de l’information aux donneurSEs, en amont du don, mesure étonnamment absente de son communiqué de presse du 17 juillet 2019[1]. Elle s’appuie sur le projet INNOVADON 2020 que veut lancer l’EFS. C’était une de nos réclamations destinée à faire rentrer le donneur dans une dynamique de prise en compte de sa santé globale et d’adoption de comportements préventifs ; nous serons soucieuxSES de son contenu et de sa mise en œuvre effective, déjà échaudéEs par l’absence de communication lors des précédents changements de critères et des réunions à ce sujet qui n’ont débouché sur rien.

L’Inter-LGBT s’étonne également du calendrier annoncé, soit une révision effective dans 7 mois, alors que la modification du texte de l’arrêté est simple, tout comme sa mise en application, alors qu’il n’avait fallu que trois mois lors de la précédente révision de 2016. Nous déplorons également la méthode opérée pour diffuser ces annonces, par voie de presse, ignorant sciemment les associations avec lesquelles le Ministère a travaillé continuellement au sein du comité de suivi, qui devra poursuivre ses travaux dans ce nouveau cadre réglementaire avec l’ensemble des parties prenantes.

Dans ce contexte ne faisant que maintenir le critère d’abstinence pour les homos et bis au don du sang, nous le répétons : abstinence, 4 mois de trop !

Nous réclamons :

 L’égalité de traitement entre touTEs quelle que soit son orientation sexuelle et non sérophobe par une évaluation basée sur les comportements individuels tout en maintenant le niveau de sécurité transfusionnel suffisant ;

La poursuite des études de compliance des donneurSEs, à la suite de COMPLIDON ;

De nouveaux calculs de risques résiduels en fonction de plusieurs scenarii plus précis et sur des bases plus solides que ceux menés jusqu’à présent ;

L’information des donneurSEs sur les critères d’exclusions et les moyens adéquats pour ne pas faire courir un risque aux receveurSEs, dans tous les médias, généralistes comme communautaires ;

Le respect de la démocratie sanitaire en invitant à la table des discussions du Ministère les associations de travailleurSEs du sexe et d’usagerEs de drogues sur les critères d’exclusions visant leurs partenaires, renforcés en 2016 sans qu’elles aient été auditionnées.

Contact presse Les ActupienNEs :

Mikaël ZENOUDA, responsable du pôle Prévention, 0613508980, coordination@lesactupiennes.fr


[1]https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/don-du-sang-hsh

EDIMARK.TV la chaine de la pathologie

14/06/2016 


 L’arrivée des trithérapies en 1996 a révolutionné le traitement de l’infection à VIH. Quelques années plus tard, on a tenté d’alléger le traitement (induction / maintenance)… mais l’échec a été cuisant ! Pourquoi ? Probablement du fait d’un allégement thérapeutique trop précoce, de médicaments antirétroviraux peu puissants et d’une mesure de la charge virale inadéquate.   
Il aura fallu attendre près de 20 ans pour démontrer – dans tous les essais – l’efficacité (non-infériorité sur le bras trithérapie maintenue) de la bithérapie (IP boosté + 3TC).

https://www.edimark.tv/index/chaine/thematique/vih

 

Pour lutter contre les cancers liés au Papillomavirus Humain, tout le monde doit se faire vacciner sans distinction

Les associations de lutte contre le sida, de lutte contre le cancer, féministes, et LGBTI, en appellent aux autorités

Les pathologies causées par le papillomavirus humain ont un poids important sur la santé de la population française : 5 à 10 % de tous les cancers en France sont causés par ce virus toutes localisations confondues (utérus, anus, pénis, vulve, gorge, etc.). Outre les cancers, les verrues génitales, aussi appelées condylomes, pèsent sur les vies, compte tenu de leur caractère récidivant et des opérations invasives, douloureuses, répétées, à subir quand ceux-ci sont internes (utérus, anus).

Pourtant, la vaccination contre les souches de papillomavirus humain (HPV) les plus délétères est disponible et fait partie du calendrier vaccinal, en étant remboursée à 65% pour les jeunes filles dès 11ans, avec un rattrapage possible jusqu’à 19ans. La fréquence des cancers liés aux HPV vient de la faible couverture vaccinale française, actuellement à moins de 20%, soit une des plus basses d’Europe, alors que le Plan Cancer 2014-2019 fixe un objectif de 60%. Victime de fakenews depuis plusieurs années, soi-disant responsable de maladies auto-immunes, alors que des études scientifiques ont montré son innocuité, victime d’une sexualisation, parce qu’ayant été promue à partir de 2007 à réaliser avant le début de l’activité sexuelle des jeunes filles, ce taux n’est pas suffisant pour assurer une protection de masse, englobant les garçons de manière indirecte.

C’est en tant qu’association de lutte contre le sida, de lutte contre le cancer, de lutte pour les droits des femmes, des LGBTI, des étudiantEs, que nous en appelons à nouveau aux autorités, publiquement, pour adopter la réponse la plus appropriée à ce contexte : la mise en place au plus vite de la vaccination pour touTEs, contre le HPV, quel que soit son genre, son sexe ou son orientation sexuelle, tout en conservant le travail indispensable de prévention comprenant information, éducation et lieux ressources accessibles à touTEs. 

Nous nous inscrivons dans la lignée et souscrivons à l’«appel des 50» du 20 mars 2019, où Académies, Collèges, Sociétés, Syndicats médicaux et personnalités médicales appellent à un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus.

Nous ne sommes pas seules à réclamer une vaccination non genrée, puisque le Conseil National du Sida la recommande, la stratégie nationale de santé sexuelle et plusieurs Plans Régionaux de Santé 2 l’intègrent déjà. L’Australie en 2013 et le Royaume-Uni en 2018 l’ont adoptée.

Il est alors incompréhensible que les autorités sanitaires et responsables politiques continuent de tergiverser. Nous n’attendrons plus les demi-mesures, telles que la recommandation de vaccination aux hommes cisgenres ayant des relations sexuelles avec des hommes (homos, bis et hommes s’identifiant comme hétéros) jusqu’à 26ans, soit quand elle est trop tardive et que le HPV est déjà entré en contact, soit quand elle est trop précoce pour parler aisément avec son médecin de famille de son orientation ou de ses relation sexuelles qu’on ne connaît pas forcément à un jeune âge.

Nous n’attendrons plus les reports successifs depuis septembre dernier de l’avis sur l’extension de la vaccination à rendre par le comité technique sur les vaccinations de la Haute Autorités de Santé, qui empêche une évaluation avant début 2020 du vaccin Gardasill® 9 dans l’indication pour «tous les garçons âgés de 11 à 14 ans».

Nous dénonçons la casse du principe d’expérimentation de la vaccination pour tous et toutes dans 3 régions par un amendement du gouvernement voté au sein du PLFSS 2019 qui le lie au rendu de l’avis de la HAS déjà reporté.

Il faut comprendre que la seule remobilisation des jeunes filles, dans une approche binaire filles/garçons, en vue de les inciter à se vacciner, ne sera pas suffisante pour constater une amélioration de la couverture vaccinale et une protection de la population. La seule option possible est d’augmenter la population à vacciner, c’est-à-dire de vacciner également les garçons.

De plus, cela permettrait pour les populations minoritaires et marginalisées :

De sortir la vaccination d’une vision binaire des genres et des corps, en ne faisant plus reposer la responsabilité de la prévention seulement sur les filles cisgenres, sachant que l’on parle d’une IST qui touche tout le monde.

De permettre aux hommes gays et bis, très exposés à ce virus et n’étant pas habitués à un suivi régulier par des urologues et des proctologues, d’être enfin protégés, puisque la seule vaccination des filles ne protégeait indirectement que les garçons hétéros.

De permettre aux personnes séropositives de mieux être protégées contre le papillomavirus en limitant sa circulation par une bonne couverture vaccinale. Ces personnes sont elles aussi très exposées au papillomavirus : sur-risque de développer un cancer de l’anus estimé à 29 fois celui de la population générale ; 2 à 6 fois plus de risques de développer un cancer du col de l’utérus pour les femmes séropos, avec un diagnostic de cancer du col posé 10 ans plus tôt que chez les femmes séronégatives.

De permettre aux personnes trans et aux personnes intersexes d’être mieux protégées contre le papillomavirus : en plus des gays et bis cisgenres et des personnes séropositives, les personnes trans sont très touchées par ces pathologies, qu’elles soient séropositives ou non, du fait de leur plus grande précarité, de leur non accès aux droits sociaux et de la fin du remboursement de la prise en charge gynéco des complications liées au HPV pour les hommes trans une fois obtenu leur changement d’état civil.

Ne pas établir maintenant une vaccination de tous les jeunes, c’est permettre les futurs cancers de demain. D’autres pays se sont déjà engagés dans cette voie, avec des résultats prometteurs ; à quand la France? Nous répondons : il est plus que temps. 

Les 46 signataires :

19 associations de lutte contre le sida

Les ActupienNEs

Le Crips Ile-de-France

Le Crips PACA

Les Amis du Patchwork des Noms 

Sol En Si  

Les Séropotes  

Enipse Prévention santé

HF Prévention 

Les Petits Bonheurs  

Actions Traitements 

SIS-Association/Sida Info Service 

Afrique Avenir  

Pari-T 

COREVIH IDF Sud 

COREVIH Paca Ouest Corse

Le 190 

Les Sœurs de la perpétuelle indulgence, Couvent de Paname

Les Sœurs de la perpétuelle indulgence, Couvent de Paris

Turbulences LMV 

Elus locaux contre le sida

Actif Santé

1 associations en santé sexuelle généraliste

Le Planning Familial  

12 associations LGBTQI

Centre LGBTI de Touraine

ADHEOS

Centre LGBT Paris-Ile-de-France 

Iskis – Centre LGBTI+ de Rennes 

Centre LGBT Côte d’Azur  

Inter-LGBT

La Lesbian and Gay Pride de Lyon

HOMOBOULOT

Afrique Arc-En-Ciel Paris IDF

LGBTQI-POUPPETTE

Bi’Cause

Le Refuge

1 syndicat étudiant

Solidaires étudiant-e-s 

3 associations de lutte contre le cancer

Association EVE

1000 Femmes 1000 Vies 

Perspectives contre le cancer

Personnes individuelles signant : 

Pascale Reinteau et Manuel Picaud  

2 médecins

Dr ABRAMOWITZ Laurent, Médecin, Gastro-entérologue et hépatologue

Dr David ZUCMAN, Médecin spécialisé dans la prise en charge du VIH

5 éluEs

Jean-Luc LAGLEIZE,Député de la Haute-Garonne, Vice-président du groupe d’études sida à l’assemblée nationale

Audrey Dufeu Schubert, Députée de la Loire-Atlantique, membre du groupe d’études cancer à l’assemblée nationale 

Mme Bérengère Poletti, Députée de la 1recirconscription des Ardennes, membre du groupe d’études cancer à l’assemblée nationale 

Laurenc Vanceunbrock Mialon, Députée de l’Allier, secrétaire du groupe d’études discriminations et LGBTQI-phobies dans le monde à l’assemblée nationale

Jean Spiri, Adjoint au Maire de Courbevoie, conseiller régional d’Ile-de-France 

Brochure – Les LGBTI et séropos face au HPV

Il y a des papillons de nuit, il y a des papillons de jour. 

Il y a des papillons qui peuvent stopper vos nuits d’amour,
Poussant sur et dans vos organes, vous menant jusque sur la table d’opération.  Il y a des papillons malins qui peuvent mettre fin à vos jours.   La métaphore du papillon pour parler du papillomavirus humain (HPV),  virus causant des verrues génitales et cancers, parmi lesquels les cancers de l’utérus et de l’anus.   Nos personnages de verre représentent enfin ces pathologies chez les séropos et LGBTI, comme il est très peu coutume, alors que ce sont les plus exposéEs.  Le papillon s’est posé sur : une femme séropositive, un couple d’hommes sérodifférents,  une femme trans séropositive, un couple de femmes,  un garçon trans né avec un utérus, et un homme gay.

La brochure vise à informer sur les pathologies résultantes de cette infection au sein de nos minorités de séropos et LGBTI.  Il est décrit la prise en charge des pathologies et sont dénoncés les manquements du système de soins actuels face à ce sujet,  à l’heure où la vaccination contre le papillomavirus humain n’est toujours pas recommandée aux jeunes garçons.  

Vous pouvez télécharger la brochure ci-dessus et/ou commander gratuitement des exemplaires imprimés par mail sur contact@lesactupiennes.fr

Si vous désirez montrer dans votre ville l’exposition itinérante des vitraux illustrant la brochure (accompagnée d’exemplaires imprimés), n’hésitez pas à prendre contact avec nous sur contact@lesactupiennes.fr

Par l’association Les ActupienNEs
Maquette par Denis Garnier
Vitraux par Rémy Hamai
Relectures par le Collectif Intersexes et Allié.e.s et par le Dr Laurent Abramovitz
Soutien de l’Enipse pour la diffusion

Argumentaire suite aux études réalisées par Santé Publique France sur le scenario envisagé d’ouverture plus large des critères de sélection des HSH au don du sang

Position partagée par Les ActupienNEs, Bi’Cause, l’Inter LGBT, LGBTQI-Pouppette, Les Séropotes et Urgence Homophobie 

Depuis la révision des critères de sélection des candidats homos, bis et HSH au don du sang de l’été 2016, passant d’une interdiction totale à une interdiction temporaire, sur condition d’un an d’abstinence sexuelle avec un partenaire de même sexe, au regard des études menées ensuite par les agences sanitaires (Complidon, étude de risques résiduels en cas l’abaissement de la durée d’abstinence à 4 mois ou en cas d’égalité avec les donneurs hétérosexuels basée sur 1 partenaire dans les 4 mois précédant le don), les ActupienNEs, Bi’Cause, l’Inter LGBT, LGBTQI-Pouppette, les Séropotes et Urgence Homophobie plaident pour une modification des critères d’interdiction au don du sang allant dans le sens d’une égalité totale de traitement entre individus quel que soit son orientation sexuelle, donc penchant pour le scenario 2 présenté à la ministre de la santé (1 partenaire dans les 4 mois précédant le don).

 Notre position se développe sur les 3 points suivants.

1 / Pas d’augmentation du risque actuel et futur par rapport à la période pré-révision

L’étude Complidon de Santé Publique France a rendu un tableau positif en termes de sécurité du don suite à la modification des critères d’ajournement du don du sang aux homos-bisexuels à l’été 2016. Si des lots ont été identifiés contenant du VIH, leur nombre n’augmente pas suite à cette révision, elle concerne les mêmes publics, les femmes hétérosexuelles et les hommes homo-bisexuels ou ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Parmi eux, les hommes identifiés comme séropositifs étaient à des stades précoces, de moins de 6 mois après la contamination, en même proportion avant et après la révision.

A partir de ces données et du calcul de l’incidence au VIH chez les HSH, il a été possible de calculer le risque résiduel de cette révision sur le nombre de poches récoltées contaminées. S’il était de 1/6 000 000 avant 2016, il a été calculé de 1/5 200 000 sur la période 2015-2017, donc une différence trop faible pour estimer un surrisque. Il faut préciser, de surcroit, que sur la période juillet 2016 – décembre 2017, après la révision, le risque est de 1/6 400 000 soit le niveau global d’avant révision.

Les calculs des risques résiduels en fonction des 2 scenarii pour une nouvelle révision des critères montrent que ce risque ne diffère pas soit de la situation actuelle (scénario 1) ou de celle antérieure à l’été 2016 (scénario 2).

Le scénario 1 basé sur une condition d’abstinence de 4 mois pour les donneurs HSH présente un risque résiduel équivalent à celui calculé dans l’enquête Complidon sur la période actuelle d’une abstinence d’un an. Cela n’est guère étonnant, eu égard au comportement en vie réelle des donneurs HSH, qui n’ont pas tous été compliants à cette abstinence sur un temps aussi long, mais qui n’ont visiblement pas représenté de risque augmenté sur le nombre de poches détectées contaminées au VIH.

Le scénario 2 basé sur une condition d’un partenaire dans les 4 mois précédant le don présente un risque 1,5 fois supérieur à celui actuellement (1/ 4 300 000), mais il rejoint le niveau du risque résiduel de la période des 18 mois antérieurs au changement de critères calculé au sein de l’étude Complidon (1/4 350 000) et est moins élevé que le risque résiduel de la période 2011-2013 (1/3 450 000). Il est intéressant de souligner cela, sachant qu’il y avait déjà des HSH qui donnaient, contrevenant à l’interdiction totale en vigueur, et que sans l’insistance des associations LGBTI, la question de la remise à plat des critères d’interdiction des HSH n’auraient pas été soulevée et étudiée conduisant à la révision de 2016. Le risque résiduel d’avant l’été 2016 était donc considéré comme acceptable par les autorités sanitaires. Ce risque résiduel a donc été estimé être similaire si on établissait une égalité de critères quel que soit l’orientation sexuelle du donneur.

De plus, ces calculs sont des estimations avec leur marge d’incertitude. D’une part, pour le scenario 2, il a fallu calculer la proportion d’HSH ayant eu des rapports sexuels entre hommes dans l’année, mais pas dans les 4 mois, en extrapolant à partir de données approchantes sur 6 mois et au sein de l’étude ERAS 2017, qui a touché un public d’homos et de bis fréquentant des réseaux communautaires, plus fréquemment exposés à un risque de séroconversion que l’ensemble des HSH et des homos n’évoluant pas dans ces contextes. La donnée calculée est donc sur une hypothèse haute de risque et influence le calcul de risque résiduel final.

D’autre part, les calculs de risques en vie réelle ont montré un risque beaucoup plus faible que celui estimé suite à la révision de 2016, suite à une meilleure adhérence aux critères (compliance), il ne serait pas étonnant que nous assistions à la même dynamique quel que soit le scenario.

De toute évidence, ne pas faire évoluer le critère d’inclusion des HSH au don du sang vers plus de souplesse et vers l’égalité relèverait d’un statu quo incompréhensible au vu des études de risques à notre disposition.

2/ pour une évaluation des risques basée sur les comportements individuels de la personne se présentant au don, englobant la prise en compte de ses comportements préventifs et des acquis des données scientifiques les plus récentes (notamment le TAsP et la PrEP) et améliorant la compliance

– Une population homo, bi, HSH hétérogène à la lumière des études

L’apport de Complidon est d’interroger les donneurs sur leurs pratiques et les raisons de leur non compliance aux règles établies par l’EFS. Alors que les critères édictent les mêmes règles pour tous les HSH, à partir des analyses épidémiologiques sur le VIH/sida dont les dynamiques de contaminations par population, il faut rappeler que les comportements varient suivant les individus : par exemple, il a été estimé par Santé Publique France qu’à Paris 1 homosexuel sur 5 est séropositif, ce qui veut dire que 4 sur 5 sont séronégatifs sans qu’ils soient voués à changer de statut. Au sein des donneurs HSH de Complidon ayant eu des relations sexuelles dans les 12 derniers mois, donc non compliants, 6.36% ont eu au moins 2 partenaires dans l’année, 22% furent monopartenaires, 11% n’ont eu qu’une relation sexuelle avec un homme dans l’année.

L’EFS ne prend pas en compte cette diversité de comportements quand il décide de réfléchir en termes de populations à risque suivant les dynamiques épidémiologiques. C’est mettre sur le bas-côté, en plus d’imposer une norme d’abstinence sexuelle d’un an, des gens qui pourraient rentrer dans le don sans faire courir de risque au receveur.

– Des critères qui doivent prendre en compte les normes actuelles de prévention

Alors que les campagnes grand public de prévention du VIH et des IST insistent sur la palette actuelle des outils à combiner, pour s’en préserver, les critères au don du sang visant les HSH sont monolithiques par leur préférence de l’abstinence.

Pour l’EFS, un rapport sexuel entre hommes protégé par un préservatif reste un rapport à risque. La logique d’imposition de l’abstinence sexuelle, qui a échoué dans toutes les politiques passées aux Etats-Unis et dans plusieurs pays africains, sous influence religieuse, montre que l’outil prophylactique qu’est le préservatif ne serait pas fiable alors qu’il reste la norme centrale des politiques de prévention étatiques. Comment s’étonner que 41% des HSH qui ont donné leur sang en ayant eu une ou plusieurs relations sexuelles dans l’année aient justifié leur acte par l’utilisation systématique d’un préservatif ? C’est par la confiance mise dans cet outil et son efficacité préventive avérée qu’ils évaluent leur aptitude à donner sans risque.

De même, l’arrivée de la PrEP n’a pas changé cet axe, puisqu’unE donneurSE ayant unE partenaire sous PrEP depuis 4 mois n’est pas considéréE comme sûrE pour donner son sang. C’est ne pas prendre en compte le suivi médical des personnes sous PrEP, les dépistages tous les 3 mois et le traitement des IST, si elles se présentent et sont diagnostiquées, puisque non arrêtées par la barrière médicamenteuse. C’est donc un risque qui baisse pour sonA partenaire.

Mais encore, l’EFS ne prend pas compte la donnée essentielle, validée scientifiquement ces dernières années, que représente le TAsP, soit le traitement comme prévention, qui permet aux séropositifVEs au VIH sous traitement d’arriver à une charge virale indétectable et de n’être plus contaminantE pour sonA partenaire séronégatifVE, potentiellement candidatE au don du sang. Pourtant, celuiELLE-ci restera refuséE au don parce qu’en couple avec une personne séropositive, quel que soit le niveau de sa charge virale, et se verra imposer une période d’abstinence sexuelle de 4 mois avec sonA partenaire.

Enfin, alors que l’hépatite C se guérit grâce à la mise à disposition des nouveaux traitements efficaces, les antiviraux à action directe, les personnes anciennement infectées restent interdites à vie et ne rentrent pas dans la catégorie d’une contre-indication de 4 mois après la guérison d’une IST ou d’un an, comme pour la syphilis. C’est contradictoire avec le fait d’accepter unE donneurSE dont leA partenaire a une ARN au VHC négative depuis plus d’un an, donc considérée comme guérie.

– une compliance qui augmente à mesure que la norme d’inclusion est plus souple et plus réaliste Les commentaires issus des donneurs interrogés dans Complidon montrent que l’abstinence est majoritairement rejetée :

D’une, son principe même est contrecarré par l’emploi du préservatif ;

De deux, la durée est l’autre problème, parce que non réaliste et viable sur une si longue durée et de manière répétée. Ce problème avait déjà été soulevé, tant par les associations LGBTI et de santé que par la DGS, lors des discussions préparant aux modifications des critères en 2016 ; pourtant c’est la durée la plus longue qui fut choisie ;

De trois, cette abstinence visant uniquement les HSH est vécue comme une discrimination alors que 58% de donneurs HSH sondés ne veulent pas être jugés d’après leur orientation sexuelle. D’autant plus que se basant sur les dynamiques épidémiologiques du VIH/sida, il devrait avoir également des critères spécifiques visant les jeunes dans leur globalité (qui présentent le plus grand nombre de contaminations aux IST), les femmes hétérosexuelles cisgenres (parce que le vagin est physiologiquement plus vulnérable aux contaminations que le pénis) et les personnes originaires d’Afrique subsaharienne (qui représentent l’autre grande population touchée par les contaminations à côté des HSH), hors ce n’est pas le cas, il n’y a que les HSH et leurs partenaires qui sont spécifiquement visés par l’EFS.

Tant que les critères d’exclusion seront à un tel niveau de dureté au point d’être déconnectés des comportements et des données scientifiques sur les risques de contamination (préservatif, TAsP, PrEP, fenêtre silencieuse des tests de dépistage (9 pour le VIH, 22 pour le VHC)) et rejetés par les personnes analysant leurs comportements préventifs, il y aura de forts taux de non compliance. A cela s’ajoute le fait que la non compliance existait déjà avant la révision de 2016 et que les comportements actuels n’ont pas fait augmenter le risque résiduel sur le volume de poches contaminées.

Ainsi, ce qui ressort des données de Complidon est que le taux de compliance et la véracité des comportements rapportés lors des entretiens et le niveau de dureté des critères sont inversement proportionnels. Les donneurs HSH associés à des taux non négligeables de non compliance en fonction de certains critères seraient davantage compliants avec des critères moins drastiques et rapporteraient davantage leurs comportements réels lors des entretiens pré-dons. Il y a donc tout intérêt à aligner les critères d’inclusion des HSH sur les hétérosexuels.

3/ Faire rentrer le donneur dans une dynamique de prise en compte de sa santé globale et d’adoption de comportements préventifs

Les préoccupations autour de la non compliance des donneurs sont à mettre en balance face au peu de recherches de diffusion d’informations auprès de ceux-ci permettant de leur faire prendre conscience de leurs comportements, de leur aveuglement conscient ou inconscient face à certaines échelles de risques dépendant du milieu dans lequel ilELLEs évoluent et des relations qu’ilELLEs nouent, et face au besoin de davantage de pédagogie autour de la notion de fenêtre silencieuse des tests de dépistage pour l’infection à VIH.

Nous constatons positivement le changement de braquet de la part de l’EFS, en lançant le projet INNOVADON 2020, alors que les discussions en 2015-2016 sur l’information aux donneurSEs n’avaient pas été suivies d’effets.

Nous poussons à la réalisation de campagnes d’incitation au don explicitant certains critères d’exclusion ou détaillant les comportements préventifs à avoir pour pouvoir se présenter au don sans crainte de se faire refouler. Il faut sortir d’une communication de crise, seule reprise par les médias, sur le besoin de poches de sang par crainte d’une pénurie alors que cela ne s’est jamais produit. Cette information est à délivrée à l’issue des entretiens faits avant chaque don pour que leA candidatE maintiennent des comportements adaptés à son intégration au don du sang.

Cela peut se traduire par une plaquette sur les modes de contamination aux IST, par la palette d’outils de prévention à notre disposition, par les différents modes de dépistages existants, par un planisphère des maladies tropicales, les zones à risques et les dynamiques de progression des épidémies affiché ou diffusé par vidéo.

L’incitation au dépistage doit être répétée, pour que ce geste devienne habituel, surtout dans un contexte national où 30000 personnes ne connaissent pas leur séropositivité au VIH et peuvent venir se présenter au don sans conscience du risque. Nous recommandons la délivrance d’un autotest de dépistage et une ordonnance pour un test en laboratoire, après l’entretien, que leA candidatE soit acceptéE ou refuséE au recueil de son sang. Des publicités générales de l’EFS doivent insister sur ce geste préventif dans le cadre d’une démarche de don.

Les vaccinations contre les hépatites A et B et le papillomavirus (HPV) doivent également être l’objet de promotion.

Ces actions d‘informations, au sein des centres, en plus de la communication externe, n’auront d’impact que si le cadre pour recueillir la parole de la personne lors du questionnaire et de l’entretien est bienveillant et non suspicieux et garant de la confidentialité des données délivrées. Ces problèmes de bienveillance et de confidentialité ont été soulevés par 10% et 7% des HSH non compliants au sein de l’étude Complidon.

Ces actions de prévention relayées par l’EFS doivent avoir pour but que leA donneurSE considère que le souci de sa santé globale est primordial pour assurer la santé du/de la receveurSE par le sang qu’ilELLE aura donné.

Sans cette pédagogie active, pré-pendant-post entretien et don, il n’est pas étonnant que les donneurs, notamment HSH, autoévaluent leurs comportements et ne soient pas compliants à certains critères d’exclusion, surtout quand ceux-ci semblent et sont disproportionnés.

En conclusion, si le don du sang n’est pas un droit, puisque le seul droit est celui à la sécurité du receveur d’avoir un produit sanguin sûr de toutes maladies, nous pouvons dire que c’est dans la perpétuation de critères de sélection basés sur des populations à risques, visant une catégorie de personnes (les HSH, tout comme les partenaires de travailleuse du sexe ou d’usager de drogue) et non basés sur les comportements individuels, associée à la non prise en compte des outils de prévention actuels validés par la recherche que sont le préservatif, la PrEP et le TAsP, et un déni d’informations fournies sur le rappel des actions préventives à adopter (protection, dépistage) pour prendre soin de santé et continuer à être unE candidatE au don du sang, que réside l’aspect discriminatoire des critères actuels visant les personnes homo-bisexuelles et HSH.

Faire évoluer ces critères vers l’égalité de traitement entre touTEs fera cesser cette situation vécue comme injuste, améliorera la compliance et ne fera pas courir plus de risques qu’antérieurement à la révision de 2016.

Epilogue : Une démocratie sanitaire à éprouver

Nous insistons sur la poursuite des relations entre les acteurs associatifs et les instances sanitaires dans l’échange d’informations nécessaires à la poursuite d’un don du sang sûr et non discriminatoire.

D’une part, la révision espérée des critères débouchera sur une nouvelle enquête de compliance des donneurSEs de sang et un nouveau calcul de risques en vie réelle. Nous demandons l’inclusion des associations dans la rédaction des questions de Complidon2, pour éviter certains manques mis en évidence dans la première étude, déjà notifiés lors des réunions de travail en 2016 (recours au dépistage, comportements en fonction du contexte réglementaire, évolutions possibles, etc), sur le modèle de co-construction du questionnaire pré-entretien actualisé suite aux modifications des critères en 2016 et de celui de l’étude Complidon.

D’autre part, nous réclamons l’inclusion des associations d’usagèrEs de drogue et de travailleurSEs du sexe à la table des discussions avec les autorités concernées, pour réviser les critères d’inclusion visant leurs partenaires, qui ont été durcis à l’été 2016 sans qu’elles soient auditionnées auparavant.

Contacts :

Les ActupienNEs :
Mikaël ZENOUDA, responsable du pôle Prévention, 0613508980, coordination@lesactupiennes.fr

Inter-LGBT :
Laurent JOURDAIN-DEDIEU, délégué Santé, 0681103040, laurent.jourdain-dedieu@inter-lgbt.org

Les Séropotes :
Roman KRAKOVSKY, président, 06 19 80 52 14, president@seropotes.org

Pourquoi le don du sang et ses critères intéressent et interrogent la lutte contre le sida ?

Epidémiologie

– les critères d’ajournement se basent sur l’épidémiologie du VIH/sida et des IST (évolutions des contaminations sur une année et au sein d’un groupe donné) pour justifier des ajournements visant des catégories de population (homos-bis et HSH, travailleurSEs du sexe, usagèrEs de drogue et leurs partenaires).

– les instances sanitaires bien connues de la lutte contre le sida et de ses associations travaillent sur la mise en oeuvre du don du sang (Santé Publique France, Institut National de Veille Sanitaire, Direction Générale de la Santé).


Dépistage

– les outils de dépistage les plus fins et techniquement performants sont utilisés sur les poches de sang collectées.

– la fenêtre silencieuse des tests de dépistage des IST empêchant de repérer une séropositivité très récente est utilisée parmi les raisons de critères d’ajournement spécifiques.

Prévention

– le don du sang a besoin que ses donneurSEs ne se contaminent pas pour conserver une base suffisante pour assurer ses réserves de poches de sang disponibles pour les receveurSEs en demande ; la prévention fait partie intégrante de la lutte contre le sida.

– les outils de prévention ne sont pas pris en compte dans la définition du risque ou de la protection lors d’un rapport sexuel (préservatifs, PrEP).
– l’EFS et la DGS ne reconnaissent pas la charge virale indétectable d’unE séropo comme protégeant d’une contamination pour sonA partenaire séronégatifVE (TAsP).

 – Un rapport sexuel à risque n’est pas défini par les instances sanitaires (EFS, DGS).
– l’abstinence sexuelle n’est pas un recours efficace en vie réelle pour réduire un risque de contamination au VIH et aux autres IST, alors qu’elle est imposée aux homos, bis et HSH. Elle est absente des discours de prévention associatifs et étatiques, mais employée par l’EFS et la DGS.

  – les donneurSEs ou futurEs candidatEs au don ne sont pas suffisamment informéEs sur le VIH et les IST (définitions, modes de transmission, outils de prévention).

 

En tant que patientEs expertEs, nous revendiquons notre place à la table de travail et notre parole publique sur le don du sang et ses critères d’exclusion.

Les données scientifiques du don du sang parlent, l’égalité de traitement des homos avec les hétéros face à la volonté politique

Les données scientifiques du don du sang parlent : l’égalité de traitement des homos avec les hétéros n’est qu’une question de volonté politiqueAu terme du questionnaire lancé entre septembre et décembre 2017, qui a recueilli un nombre exceptionnel de réponses valides (50000 femmes, 52000 hommes qui n’ont pas eu de rapport sexuels avec d’autres hommes dans l’année, 251 hommes ayant eu des rapports sexuels avec d’autres hommes dans l’année), l’étude Complidon de Santé Publique France a rendu un tableau positif en terme de sécurité du don suite à la modification des critères d’ajournement du don du sang aux homos-bisexuels à l’été 2016 (http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Maladies-infectieuses/2018/Bilan-sur-le-respect-des-criteres-de-selection-des-donneurs-de-sang-deux-ans-apres-leur-modification). Si des lots ont été identifiés contenant du VIH, leur nombre n’augmente pas suite à cette révision, elle concerne les mêmes publics, les femmes hétérosexuelles et les hommes homosexuels ou ayant des pratiques sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Parmi eux, les homos identifiés comme séropositifs étaient à des stades précoces, de moins de 6 mois après la contamination, en même proportion avant et après la révision. Nous nous interrogeons cependant sur le lien entre la femme dépistée séropositive et le fait qu’elle soit en couple avec un homme bi, comme raison implicite de son statut sérologique. Cet homme bi est-il réellement séropositif, à quel stade de l’infection et à quel niveau de charge virale? Sans ces données apportées, tout lien entre la contamination de cette femme et la relation entretenue avec cet homme n’est qu’hautement hypothétique, basé uniquement sur du déclaratif et de la présomption, source de raccourcis biphobes une fois publié et diffusé (déjà recensés dans l’enquête interassociative sur la bisexualité de 2012). A partir de ces données et du calcul de l’incidence au VIH chez les HSH, il a été possible de calculer le risque résiduel de cette révision sur le nombre de poches récoltées contaminées. S’il était de 1/600000 avant 2016, il a été calculé de 1/520000 sur la période 2015-2017, donc une différence trop faible pour estimer un surrisque, selon santé publique France. Il faut préciser, de surcroit, que sur la période juillet 2016 – décembre 2017, soit après la révision, le risque est de 1/640000 soit le niveau d’avant révision.
Le comportement des donneurs ayant répondu et en particulier celui des donneurs HSH est-il un frein à une révision tendant vers une égalité de traitement avec les hétéros? Le deuxième apport fondamental de l’enquête Complidon est de questionner le comportement des donneurSEs, son adéquation avec les normes édictées de sécurité au don du sang et les raisons d’un non-respect de celles-ci (la non compliance). En se penchant sur les domaines où les donneurSEs n’ont pas dit la vérité dans le questionnaire et lors de l’entretien, les questions du multipartenariat du ou de la répondante et de celle de son partenaire, de l’utilisation du préservatif et d’une infection récente à une IST sont intéressantes à analyser et à comparer entre les différents groupes populationnels. Il apparait en effet que les femmes et les HSH ayant eu des rapports sexuels dans les 12 derniers mois cachent davantage les informations sur leur multipartenariat et celui de leur partenaire dans les 4 derniers mois et la présence passée d’une IST que les hommes n’ayant pas été HSH dans les 12 mois. Au vue des taux élevés de contamination aux IST chez les femmes, en particulier chez les jeunes femmes (majorité des cas de chlamydia, 15% des cas de gonorrhées) et de l’impact des IST sur la fragilisation des muqueuses, alors davantage exposées à une contamination au VIH, faut-il en conclure que l’EFS doit réviser ses critères de manière plus stricte en direction des femmes ? Une telle option n’a jamais été discutée. Alors que les critères édictent les mêmes règles pour tous les HSH, les comportements varient suivant les individus, ce que l’EFS ne prend pas en compte quand il décide sur les homo-bis et autres HSH : si 6,36% des donneurs HSH ayant eu des relations sexuelles dans les 12 derniers mois, donc non compliants, ont eu au moins 2 partenaires dans l’année, 22% de ces HSH furent monopartenaires, 11% n’ont eu qu’une relation sexuelle avec un homme dans l’année. Sur l’ensemble des donneurs de l’étude, 3% avaient déjà eu une relation sexuelle avec un homme avant la révision de critères de l’été 2016 et ont donné leur sang, alors qu’ils en étaient interdits totalement, c’est très au-dessus du pourcentage des HSH sexuellement actifs dans l’année (0,73%) qui ont donné leur sang après la révision. L’utilisation systématique du préservatif comme raison de donner son sang en tant qu’HSH, fait rapporté par 41% des HSH donneurs ayant eu des rapports sexuels dans les 12 mois, donc non abstinents, montre bien l’inadéquation des critères d’exclusion avec les comportements sexuels des gens et les risques qu’ils encourent de manière consciente ou non. Comment justifier une exclusion du don, en imposant une abstinence de 12 mois, sans prendre en considération la question de l’utilisation du préservatif, outil de protection du VIH/sida et des IST, promue par les instances sanitaires et les associations de santé, alors que l’abstinence ne fait plus partie des recommandations parce que sa non observance en vie réelle a été démontrée? Tant que les critères d’exclusion seront à un niveau de dureté au point d’être déconnectés des comportements et des données scientifiques sur les risques de contamination (préservatif, TAsP, PrEP, fenêtre silencieuse des tests de dépistage) et rejetés par les personnes analysant leurs comportements préventifs (une forte proportion travaille dans la santé), il y aura de forts taux de non compliance. A cela s’ajoute le fait que la non compliance existait déjà avant la révision de 2016, que les comportements actuels n’ont pas fait augmenter le risque résiduel de poches contaminées et que ces comportements sont déjà calqués sur les estimations faites par Santé Publique France sur la non compliance en cas de critères basés sur 4 mois d’abstinence (0,56%).
Le contexte d’abstinence imposée à prendre en compte dans les réponses apportées au questionnaire de l’étude Complidon. Alors que les donneurs HSH rapportent des taux non négligeables de non compliance en fonction de certains critères, il leur a été demandé s’ils seraient davantage compliants avec des critères moins drastiques et rapporteraient davantage leurs comportements réels lors des entretiens pré-dons. Le taux de compliance et le niveau de dureté des critères sont inversement proportionnels, ce qui n’est guère étonnant et totalement attendu. Une question n’a pas été posée, celle de leur parole sur leur comportement en contexte d’égalité de critères entre toutE individuE (soit un partenaire dans les 4 mois précédant le don). Cela montre le contexte prégnant où l’abstinence est vue comme la norme actuelle à imposer aux HSH et qui oriente une étude qui pourrait envisager d’autres paramètres. De même, le taux élevé (48%) à la réponse sur la non compliance quel que soit les critères imposés est à mettre en relation avec cet environnement, quand la question ne précise pas si les critères seraient égaux ou non avec les hétéros, si l’abstinence serait toujours la condition, donc vécue ou non comme une discrimination, sentiment fort rapporté par les donneurs HSH sondés (58% ne veulent pas être discriminés sur la base de leur orientation sexuelle). Certains diront qu’il faut faire prendre conscience aux personnes de leurs comportements, de leur aveuglement conscient ou inconscient face à certaines échelles de risques dépendant du milieu dans lequel ilELLEs évoluent et des relations qu’ilELLEs nouent, du besoin à davantage de pédagogie autour de la notion de fenêtre silencieuse des tests de dépistage pour l’infection à VIH. Mais quelles actions sont faites actuellement et l’ont été depuis la réforme des critères de sélection effective à l’été 2016? A-t-on vu des campagnes d’incitation au don explicitant certains critères d’exclusion ou détaillant les comportements préventifs à avoir pour pouvoir se présenter au don sans crainte de se faire refouler? Quelle information est délivrée à l’issue des entretiens faits avant chaque don aux donneurSEs pour qu’ilELLEs maintiennent des comportements adaptés à leur intégration au don du sang? Une plaquette est-elle donnée sur les modes de contamination aux IST? Un planisphère sur les maladies tropicales, les zones à risques et les dynamiques de progression des épidémies est-il affiché et fourni? Un autotest de dépistage ou une ordonnance pour un test en laboratoire est-elle délivrée? Quelles actions rectificatives seront menées pour assurer la confidentialité des questionnaires et surtout des entretiens, alors que les répondants non compliants se plaignent fortement de celle-ci, surtout quand il faut parler de ses pratiques sexuelles ? Sans pédagogie active, pré-pendant-post entretien et don, il n’est pas étonnant que les donneurs, notamment HSH, autoévaluent leurs comportements et ne soient pas compliants à certains critères d’exclusion, surtout quand ceux-ci semblent et sont disproportionnés. C’est pourquoi nous militons : 1/ pour une évaluation basée sur les comportements individuels de la personne se présentant au don, englobant la prise en compte de ses comportements préventifs et des acquis des données scientifiques les plus récentes (notamment le TAsP et la PrEP). 2/ pour l’inclusion des associations dans la rédaction des questions de la prolongation de l’étude Complidon, pour éviter certains manques mis en évidence dans la première étude (recours au dépistage, comportements en fonction du contexte, etc), sur le modèle de co-construction qui avait été faite pour le questionnaire actualisé suite aux modifications des critères en 2016. 3/ pour l’inclusion des associations d’usagèrEs de drogue et de travailleurSES du sexe à la table des discussions avec les autorités concernées, quand les critères d’inclusion se sont resserrés à leur sujet sans qu’elles soient auditionnées auparavant.


Contacts presse :

• Romain Colson, Président des ActupienNEs, 06 51 79 29 58, presidence@leslesactupiennes.fr

• Remy Hamai, Porte-parole des ActupienNEs, 06 45 60 96 52, porte-parole@leslesactupiennes.fr

• Mikaël Zenouda, Responsable du Pôle Prévention, 06 13 50 89 80, coordination@leslesactupiennes.fr

CAPOTE INTERNE

Préservatif interne, qui en parle ?

     Ce week-end, le 16 septembre, c’est la journée internationale du préservatif interne (ou « féminin ») dans le langage grand public) qui avait été lancée en 2012 par la National Female Condom Coalition. Entre les journées du patrimoine et la journée sans voiture à Paris, qui en parlera ? D’ailleurs qui en parle le reste de l’année ? 

     Commercialisé en France depuis 1999 seulement, il ne jouit pas de la renommée du préservatif externe (ou dit masculin). Qui a en tête une campagne grand public de communication étatique sur le préservatif interne? Ce n’est certainement pas Santé Publique France qui changera cette situation, estimant qu’il n’est pas adopté par les femmes en priorité ni par le reste de la population, une campagne spécifique n’a donc pas lieu d’être, maintenant ses distributions gratuites aux associations demandeuses. Ce préservatif restera confiné chez des groupes qui se sont saisis de cet outil de prévention du VIH et des IST et contraceptif et qui l’utilisent de manière efficace, en partageant leurs connaissances de paires à paires, comme c’est le cas pour les travailleuses du sexe et les femmes originaires d’Afrique subsaharienne.

Si ce préservatif est adapté aux corps de tous genres, il a été publicisé en direction des femmes. Dans cette optique, ne pas en parler c’est ne pas voir la féminisation de l’épidémie du VIH/sida, oublier les millions de femmes contaminées et mortes du sida, ne pas prendre en compte le tiers que représentent les femmes parmi les personnes nouvellement diagnostiquées séropositives au VIH en France et les jeunes filles qui représentent une grande part des personnes contaminées par une IST (la majorité pour les chlamydias).  

L’utilisation du préservatif interne demande un temps d’appropriation comme n’importe quel nouvel outil que l’on découvre, une utilisation répétée pour savoir le mettre correctement dans son vagin (avec les doigts) ou son anus (avec les doigts, un gode ou un pénis) et aller au-delà des a priori sur son aspect soi-disant rebutant.
Plus d’informations sur son utilisation : https://www.france.tv/slash/sexy-soucis/463731-mon-copain-ne-veut-pas-mettre-de-preservatif.html. Son prix est un autre frein, non disponible en grande surface, commercialisé en pharmacie, mais pas dans toutes, distribué par deux sociétés qui se partagent le marché ne favorisant donc pas une baisse des prix. 

Pourtant, le préservatif interne est un outil de prévention qui peut être utilisé par touTEs, hommes, femmes, non binaires, trans ou cisgenre, intersexes ou dyadiques, quel que soit ton orientation sexuelle et ta sexualité, protégeant ton vagin et/ou ton anus (en enlevant l’anneau interne amovible pour ce dernier). 

     En polyuréthane puis en nitrile, matières conduisant davantage la chaleur que le latex, hypoallergénique aussi, s’utilisant avec des gels lubrifiants à base d’eau, il offre la possibilité d’être inséré avant le rapport sexuel, même 2h avant, ce qui peut aider dans la fougue à négocier son port avec l’autre partenaire.

Chez les lesbiennes et biEs cis ou entre personnes ayant une vulve, il permet d’utiliser ses doigts, sa main, son gode entre le vagin et l’anus de l’unE des partenaires, en protégeant l’un et l’autre organe d’un échange de muqueuses qui peut être agressif, sans avoir à changer de gants ou de préservatif externe déroulé. 

Chez les homos et bis, il permet d’éviter les réticences à utiliser un préservatif externe, parce que celui-ci serre trop le pénis, n’ayant pas trouvé sur le moment de taille xl ou xxl à disposition chez soi ou dans une backroom, ou parce que l’on peut perdre son érection le temps de sortir et dérouler le préservatif en vue d’une pénétration anale ou vaginale.

Les associations de lutte contre le sida et les IST, de santé en général, de nos communautés LGBTI, féministes, font des actions au plus près de leurs publics, voire des campagnes plus généralistes, diffusons davantage ces outils, ces ateliers, notamment dans les différents centres LGBTQI+ en France, et forçons les pouvoirs publics à nous soutenir financièrement et à agir également par leurs campagnes. 

Alors que nous, ActupienNEs, avons lancé cette semaine le défi #cherchetacapote dans ton lycée, aujourd’hui nous en profitons pour dire #cherchetacapoteinterne !

#cherchetacapote

En cette période de rentrée scolaire, Les ActupienNEs lancent un défi aux LycéenNEs : « cherche ta capote dans ton lycée ! » 

     A l’heure où nous lançons cette campagne, la Secrétaire d’Etat à l’Egalité, Marlène Schiappa et le ministère de l’Education Nationale s’apprêtent à rappeler aux recteurEs l’obligation de faire appliquer la circulaire de 2003 relative à l’éducation à la sexualité dans le cadre scolaire.

Nous profitons de cette actualité pour rappeler l’existence d’une autre circulaire datant de 2006 qui prend appui sur les séances prévues et qui promeut l’accessibilité aux moyens de protection via l’installation de distributeurs de préservatifs dans les lycées d’enseignement général, technologiques et les lycées professionnels. Cependant, « afin que les établissements puissent être dotés de distributeurs, il convient au Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté (CESC) de chaque lycée de proposer au conseil d’administration un plan global d’actions de prévention dans lequel l’installation d’un distributeur de préservatifs s’inscrira naturellement. Enfin, il convient au conseil d’administration d’inscrire à l’ordre du jour qui suit la réunion du CESC et que tous les membres du conseil disposent des éléments d’information pertinents démontrant l’urgence d’un renforcement de l’action de prévention à destination des jeunes ». 

Dans certains lycées, lorsque les distributeurs sont les bienvenus, les élèves pourraient avoir la chance de pouvoir faire le plein de préservatifs sauf qu’un certain nombre de distributeurs sont défectueux, cassés ou en rupture d’approvisionnement.

Alors que les recommandations du Conseil National du Sida sont on ne peut plus claires et urgentes, tout comme les objectifs fixés par la stratégie nationale de santé sexuelle 2017-2030 concernant les jeunes, on ne peut pas oublier que :

– les jeunes de 15 à 24 ans représentent environ 40% des contaminations aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST) (VIH, syphilis, gonocoque, chlamydia). (CNS, 2017);

– les jeunes de moins de 25 représentent 11 % des nouvelles contaminations au VIH en 2017 (Santé Publique France);

– En l’espace de 10 ans, les découvertes de séropositivité ont presque triplé chez les jeunes homos, bi et autres HSH de 18 à 24 ans (x 2,7) (InVS, 2015). 

En attendant d’avoir les résultats de l’audit sur la disponibilité des préservatifs dans les lycées franciliens lancé il y a plus de deux ans par la région Ile-de-France, Les ActupienNEs cherchent les capotes dans les lycées !

#CHERCHETACAPOTE GRIS ROSE sans fond bla

Lycéen.NE.s et étudiant.E.s contaminé.E.s, un Sida qui se fiche des économies budgétaires du secteur public

A l’occasion de la journée de grève de la fonction publique, ce mardi 22 mai, Les ActupienNEs interrogent la volonté du gouvernement de répondre à l’urgence des contaminations au VIH et aux IST chez les jeunes. 

Les rapports se succèdent, études épidémiologiques annuelles, enquêtes de terrain et sondages d’opinions, les contaminations sont bien en hausse chez les jeunes : représentant désormais 11% des nouvelles découvertes de séropositivité, avec des IST  (vih, syphilis, gonocoque, et chlamydia) qui se concentrent pour 40% chez les jeunes et les diagnostics de séropositivité qui explosent en l’espace de 10 ans, triplant en nombre chez les jeunes gays et bi de 18 à 24 ans (x 2,7) (InVS). Les idées reçues sur le VIH/sida, la séropositivité et les personnes séropositives continuent à prospérer sur un terrain d’ignorance et de sous-information. 

Face à ce constat, 

Quelles actions sont menées dans les lycées ? La médecine scolaire ne reçoit pas les moyens suffisants pour être efficace. Le nombre de médecins scolaires est en grave recul, tombant à 1000 praticienNEs en 2016, à côté des 8000 infirmièrEs scolaires et ce secteur n’est pas valorisé dans les études de médecine.  Le rôle du médecin n’est pas mis en valeur dans l’organigramme administratif des lycées, sous la houlette des proviseurEs et passant derrière les équipes pédagogiques. Les 3h annuelles de séances d’informations sur la sexualité et la prévention du VIH et des IST, obligatoire dans les textes, mais loin d’être effectuées, ne sont pas intégrées dans le planning annuel des heures de cours des élèves, ce qui induit l’annulation de certains cours pour qu’elles aient eu lieu, provoquant une concurrence entre les professeurs et les médecins et infirmièrEs à l’avantage des premièrEs. 

Ce ne sont pas la DGS (Direction Générale de la Santé) en la personne de son directeur, le Dr Salomon, et le ministère de l’Education nationale, qui augureront un renforcement de la place de la médecine scolaire, faisant fi des rapports du Conseil Economique, Environnemental et Social, de l’Académie de médecine et des syndicats des médecins et infirmièrEs scolaires, puisque souhaitant une prise en main collective par les équipes administratives et pédagogiques sur la base du bénévolat, du volontarisme et de l’effet d’entrainement. 

La ministre de la Santé a annoncé la mise en place pour la rentrée de septembre 2018 d’un service sanitaire dans les lycées réalisé par les étudiantEs en médecine. Quelles formations sur le VIH, les IST, le vécu de la maladie, la prévention, seront faites avant d’envoyer ces étudiantEs auprès des élèves, alors que les connaissances sont déjà déficientes chez les jeunes de moins de 25ans, donc chez ces étudiantEs également ?    

Que dire de l’accès des moyens de prévention dans les établissements ? Si la mise à disposition de distributeurs de préservatifs est obligatoire depuis 2006 (suite à la circulaire relative à l’installation des distributeurs automatiques de préservatifs dans les lycées d’enseignement général et technologique et les lycées professionnels), cela reste assujetti à la volonté des proviseurEs. Sans préconisations du ministère de la santé sur le type de distributeurs, le prix des préservatifs et leurs qualités, chaque lycée fait selon ses envies, ses contraintes budgétaires, les recherches effectuées de sociétés et les négociations effectuées, aboutissant à une inégalité d’accès aux préservatifs entre les lycéenNEs sur tout le territoire. Nous attendons toujours le diagnostic réalisé par la Région Ile-de-France sur l’accessibilité de ces distributeurs qui devait sortir l’année dernière. Quel accès aux préservatifs internes (dit féminins) et aux digues dentaires alors que ces moyens de protection sont chers et peu accessibles, même en pharmacie?  

S’ajoutent à ces distributeurs, présents ou non, les difficultés souvent rencontrées par les médecins et infirmièrEs scolaires pour s’approvisionner en préservatifs et les mettre à disposition dans leurs bureaux. Passant commande auprès de leur ARS (Agence Régionale de Santé), c’est celle-ci qui décide du volume livré en fonction des priorités et des stocks disponibles. Combien de distributions non réalisées pour le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida, parce qu’en septembre les stocks sont déjà faibles et les commandes non honorées à la hauteur des besoins ? 

Quelles actions dans les universités, écoles, CFA ?

Si les médias et le mouvement social se concentrent sur les conséquences de la loi ORE quant à l’orientation des étudiantEs, votée en février, leurs débouchés et leur sélection par les universités, symbolisé par Parcoursup, il ne faut pas oublier les conséquences de cette loi sur les dispositifs de santé auprès des étudiantEs. 

En effet, la loi ORE consacre la fin des mutuelles étudiantes en intégrant ce public au régime général de la sécurité sociale. Si le constat était partagé d’un dispositif grippé à remanier, leur disparition pure et simple pose des questions sur l’avenir des opérations de prévention qu’elles réalisaient auprès du public étudiant. La contribution de chaque étudiantE passe de 217 € annuels pour la sécurité sociale étudiante à 90 € pour un forfait couvrant les frais d’actions de l’université en faveur de l’accompagnement sociale, sanitaire, culturel et sportif. Le budget alloué à la santé et à la prévention était déjà insuffisant avec les 217 € : les S(I)UMPPS (Service Interuniversitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé) sont contraints dans l’ampleur désirée de leurs actions de prévention, eu égard aux moyens alloués par chaque université, personnels en nombre insuffisant (temps plein et temps partiel), actions de dépistage sporadique par rapport aux besoin (7 séances en un an pour 75000 étudiantes pour un des S(I)UMPPS parisiens). Que deviendra ce budget en action de santé avec une contribution annuelle réduite de moitié et un élargissement de ses affectations, alors que même le rapporteur de la loi estimait ce montant de 90 € insuffisant ? 

Depuis 2017, les étudiantEs boursièrEs Franciliennes peuvent bénéficier d’une aide à la complémentaire santé réhaussée à 200 euros au lieu de 100 comme c’était le cas auparavant.

Sauf que cette aide du Conseil Régional est versée à condition que les ditEs étudiantEs s’affilient à l’opérateur Harmonie Mutuelle, opérateur qui a remporté l’appel à manifestation d’intérêt lancé par la région Ile-de-France par l’entremise de sa présidente, Mme Pécresse. Il importe de préciser qu’Harmonie Mutuelle ne propose pas d’offre de remboursement liée aux préoccupations spécifiques des étudiantEs et n’initie pas d’actions de proximité notamment en terme de prévention IST et VIH/sida. Ces modifications de délivrance de cette aide ne fait actuellement pas l’objet d’informations auprès des lycéenNEs et étudiantEs boursièrEs, pas même une mention dans le guide de l’étudiantE 2018 de manière à ce qu’ils elles puissent se repérer dans les démarches à effectuer une fois entrées à l’université.

Au vue de la précarité des conditions de vie étudiantes, plusieurs voix s’élèvent dont un rapport de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) pour mettre en œuvre dès à présent le tiers payant pour cette population, alors que l’actuelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, avait décidé de suspendre son application généralisée, comme voulue initialement par Marisol Touraine, et émet maintenant l’hypothèse de la fin 2019 pour sa généralisation effective. Il est plus que temps que les étudiantEs aient accès à cette mesure de simplification de l’accès aux soins, notamment aux tests de dépistages des différentes IST. 

Suite à nos alertes auprès du ministère de l’enseignement supérieur, des rectorats, des secrétariats de lycées, des syndicats de personnels du secondaire et de l’enseignement supérieur, Les actupienNEs revendiquent : 

Pour les lycéenNEs:

– Des moyens réels donnés à la médecine et à l’infirmerie scolaire : la création de poste, un rôle et champ de compétences clarifiés au sein des établissements;

– une formation sur le VIH et les IST fournie à touTEs les étudiantEs effectuant un service sanitaire dans les lycées;

– la mise en place de distributeurs de préservatifs dans les lycées, sans oublier les préservatifs internes et les digues dentaires;

– le respect par les ARS des besoins des lycées en préservatifs;

– des préconisations du Ministère de la Santé et de Santé Publique France sur le type de distributeurs à commander;

– l’intégration des heures obligatoires d’informations sur la sexualité et la prévention sur le VIH et les IST dans le calendrier annuel des élèves.

Pour les étudiantEs et futurEs étudiantEs:

– l’information à touTES les (futurEs) étudiantEs boursièrES des conditions d’attribution de l’aide à la complémentaire santé de la Région Ile de France, sous condition de souscription unique à Harmonie Mutuelle, par le biais des lycées et des CROUS notamment;

– l’information à touTES les (futurEs) étudiantEs des changements induits par la loi ORE sur leur régime de sécurité sociale et les complémentaires santé;

–  la garantie de la mise en œuvre d’une réelle politique de prévention sur les campus auprès des étudiantEs par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, prenant en compte la diversité des publics, des sexualités, des contextes sociaux d’exposition aux risques, et adaptant en conséquence les modes d’intervention;

–  des moyens supplémentaires pour les S(I)UMPPS données par les universités pour réaliser leurs missions et organiser des interventions collectives sur la santé sexuelle et la prévention des IST. Ainsi qu’une extension budgétaire pour embaucher plus d’Etudiants Relais Santé chargéEs d’entreprendre des actions de prévention sur les campus en lien avec les S(I)UMPPS;

– la mise en œuvre du tiers-payant intégral pour toutEs les étudiantEs, public prioritaire comme peut l’autoriser l’Etat.

1  http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2017/10/Rapport-m%C3%A9decine-scolaire-rapport-r%C3%A9vis%C3%A9-version-12-10-2017-1.pdf

2  Préconisation n°13 de l’avis du CESE http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2018/2018_05_eleves_sante.pdf

3  http://www.education.gouv.fr/bo/2006/46/MENE0603070C.htm