Préservatif interne : perdu de vue de la prévention depuis 1998

Chaque 16 septembre, à l’occasion de la journée internationale du préservatif interne, nous nous remémorons son existence. Chaque année, nous nous demandons pourquoi  la capote interne reste toujours « le vilain petit canard » de la prévention. Et pourtant, quand on s’y intéresse, elle présente un certain nombre d’avantages : on peut la mettre plusieurs heures avant un rapport sexuel, ne se déchire pas, convient aux personnes allergiques au latex, ne serre pas le pénis de l’autre partenaire. Mais aussi des inconvénients : la capote interne est plus chère, on ne la trouve pas partout et son aspect peut en repousser certainEs par manque d’habitude.

Mais ces points négatifs suffisent-ils à expliquer son succès mitigé auprès du grand public? La plupart des associations, acteurRICEs de prévention, communique sur la capote interne, en plus de l’externe, et la distribue. Aux ActupienNEs, l’antenne de Bergerac en distribue systématiquement sur ses stands et dans ses points relais dans toute la ville. Leur mise à disposition régulière engendre une accoutumance qui fait que plusieurs personnes reviennent en prendre après les avoir testé. Cependant, l’action des associations ne suffit pas.

Elle est surtout méconnue de beaucoup de personnes car aucune campagne de promotion n’a été organisée par le Ministère de la santé par l’intermédiaire de l’agence nationale « Santé Publique France » en charge de mettre en place les plans de prévention et de promotion de la santé. A contrario, la capote externe fait régulièrement l’objet de campagne à travers des évènements ponctuant l’année comme le 1er décembre, le Sidaction et approche de l’été.

Ce manque d’intérêt pour la capote interne s’inscrit dans un contexte où, d’une part, 22% des 21-24ans interrogés dans le cadre du Sidaction déclarent ne pas avoir reçu d’enseignements sur les risques liés au VIH au cours de leur scolarité. (sondage IFOP-Bilendi pour Sidaction publié le 24 juin 2020). 56 % des 16-28 ans déclarent ne pas utiliser de préservatif à chaque rapport sexuel (enquête Heyme-Opinion Way- Santé des Etudiants et des Lycéens publiée le 3 juillet 2019).

D’autre part, le Haut Conseil à l’Egalité, dans son rapport relatif à l’éducation à la sexualité, faisait état que les jeunes en particulier les filles, ne connaissent par leur corps : 84 % des filles de 13 ans ne savent comment représenter leur sexe et une fille sur quatre ne sait pas qu’elle a un clitoris. Rappelons qu’avant 2017, aucun manuel scolaire ne représentait entièrement et sans erreur le sexe féminin !

Cela est-ce vraiment surprenant quand ne sont pas dispensées selon le calendrier et le rythme prévus  les séances d’information et d’éducation à la sexualité obligatoires trois fois par an et par niveau, du CP à la Terminale? Et quand beaucoup d’intervenantEs lors de celles-ci sont frileuses à aborder les questions d’orientations sexuelles et d’identités de genre, se limitant à une vision hétérocentrée de la sexualité et des rapports amoureux ? 

Nous ne le répéterons jamais assez :

le préservatif interne est un outil de prévention qui peut être utilisé par touTEs, hommes, femmes, non binaires, trans ou cisgenre, intersexes ou dyadiques, quelle que soit ton orientation sexuelle et ta sexualité, protégeant ton vagin et/ou ton anus (en enlevant l’anneau interne amovible pour ce dernier).

Mobilisons-nous et faisons en sorte que l’Etat agisse pour que l’accès du préservatif interne soit le plus large pour une grande utilisation au profit de la santé de touTEs.

 

Contact presse : Mikaël ZENOUDA, président des ActupienNEs – 0613508980 – presidence@lesactupiennes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *