fbpx

Diagnostic de la lutte contre le sida à Bergerac (12-2020)

bergerac, diagnostic, vih, ist

2ème année d’actions et de plaidoyers des ActupienNEs sur Bergerac.

Peu de temps après la création des ActupienNEs en avril 2018, ce qui allait devenir l’antenne officielle de l’association sur Bergerac s’est créée.

Au fur et à mesure de l’élaboration de nos plaidoyers et de leurs traductions pratiques, nous avons pu déceler un certain nombre de freins et de failles sur le territoire du Bergeracois, en ce qui concerne la traduction dans les faits des politiques et ambitions nationales en termes de lutte contre le sida et les IST.

Ce dossier établit un diagnostic des politiques locales, autant publiques qu’associatives, autour de la prévention du VIH/sida et des IST et apporte une série d’action à mener pour améliorer la lutte contre le sida à Bergerac et sa région.

Notre méthode, simple et rigoureuse, est destinée à être reprise dans d’autres villes, par des militantEs, désirant agir au sein des ActupienNEs ou en dehors. C’est la notion même d’empowerment, traduite en actes, par les personnes concernées qui font bouger les lignes et améliorent plus globalement la santé de la population générale.

Un CEGIDD en déroute
Alors que l’année dernière nous déplorions les horaires extrêmement restreints d’ouverture du CEGIDD de Bergerac, 11h par mois, en comparaison des 80heures à Périgueux, la situation a empiré en 2020. Le médecin du CEGIDD, parti en retraite en mars, n’a pas été remplacé. L’infirmière qui lui était attachée a été transférée dans un autre service de l’hôpital, à la PASS. La crise de la Covid-19 n’a pas arrangé les choses avec la réorganisation des services pour pallier à l’urgence, mais rien n’a été résolu lors des mois de déconfinement.

Sans personnel dédié le CEGIDD est donc hors service.
Cela inquiète-il l’ARS ? Visiblement non, puisqu’aucune solution n’a été trouvée.  

Peu de solutions de dépistage alternatives sur Bergerac ?
Le dépistage par TROD, pris en charge par les associations et structures communautaires, en direction de populations fortement touchées par le VIH, est peu présent sur Bergerac.

Le CARRUD en propose en direction des usagerEs de drogue dans leurs locaux et lors d’opérations hors les murs hebdomadaires.

Aides, basé à Périgueux, ne réalise pas de TROD sur Bergerac, faute de lieux spécifiquement identifiés comme LGBTI+ dans la ville et qui indiqueraient la présence d’une population potentielle à toucher dans la ville.
Le Centre de Planification Familiale peut établir seulement pour les jeunes filles et les femmes des ordonnances de tests en laboratoire, mais ne réalise pas de TROD sur place.
Action 2021 : Pour pallier à cette insuffisance et après une recherche des structures volontaires, Les ActupienNEs  allons ouvrir une permanence mensuelle en 2021 en partenariat avec la mission locale de Bergerac et l’ENIPSE. 

A côté des TROD, il reste donc comme première et presqu’unique solution de dépistage en direction de la population générale, les tests sur ordonnance à réaliser  dans les 2 laboratoires d’analyses médicales de Bergerac. 

Autotests, toujours trop chers et trop peu disponibles
Rien n’a évolué depuis l’année dernière. La disponibilité des autotests est très aléatoires selon les pharmacies de Bergerac d’autant plus qu’ils ne sont pas achetés à cause de leur prix trop élevé.
Lors de notre opération distribution illégale d’autotests (parce que nous n’avons pas d’agrément TROD) à Paris le 1er décembre 2019, nous avions approché le fabricant des autotests à 10eur, Biosynex, pour l’inciter à entrer en contact avec des pharmacies de Bergerac. Des premiers contacts furent pris mais visiblement sans grand effet.
Action 2021 : Les ActupienNEs envisageons la distribution de bons gratuits pour l’achat d’autotests que nous distribuons durant l’année sur nos stands et via un réseaux de  structures partenaires, encore faut-il avoir les budgets nécessaires (des dossiers sont déposés en ce sens auprès de la CAB et de l’ARS) et être certainEs que les pharmacies soient achalandées. 

1er décembre 2020 : accès au dépistage !

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, Les ActupienNEs Bergerac avons mis en avant les possibilités de dépistages offertes pour les habitantEs dans la ville :

En plus des contacts des 2 laboratoires d’analyses médicales, nous avons relayé l’opération initiée par le COREVIH Nouvelle Aquitaine et l’ARS NA d’envoi postal d’autotests, qui palie au manque de dépistage gratuit. 

20 commerces ont accepté de poser nos affiches sur leurs vitrines.

 

Prep ? Toujours rien à l’horizon.
Alors qu’il se profilait une envie de créer une permanence prep à l’hôpital de Bergerac juste avant le premier confinement, le non remplacement du médecin du CEGIDD a tué les projets dans l’œuf. Les habitantEs sont donc obligés d’aller à Périgueux ou plus loin encore pour accéder à cet outil de prévention qui a fait ses preuves.

 
TPE ? ça existe à Bergerac ?
Sans campagne de promotion, comment savoir qu’il y a un traitement d’urgence à prendre les 4h voire les 48h à l’hôpital de Bergerac, en cas de prise de risque par rapport au VIH ? En 2017, aucune demande consultation pour un TPE n’avait été faite. En 2020, pourquoi est-ce que ça changerait ? 

Distributions et mises à disposition de préservatifs 

 Les ActupienNEs avons poursuivi nos actions d’information et de mise à disposition d’outils de prévention à travers nos stands et nos points relais dans la ville, malgré les contraintes engendrées par la gestion de l’épidémie de Covid-19, les mesures de confinement et d’occupation de l’espace public pendant le déconfinement.

            Davantage de points relais en 2020

 Jusque fin Novembre 2020 Les ActupienNEs ont déjà mis à disposition dans divers lieux des
 préservatifs externes et internes,
Cette année, aux 3 lieux de mise à disposition de 2019 (Le PQP, Chez Albert et les restos du cœur) se sont ajoutés trois nouveaux lieux à partie d’août 2020 : Le pavé (Bar restaurant), Chez Tony (restaurant) et La Mission Locale.

Malgré les confinements suite à la Covid-19 c’est, en moyenne, 1 000 préservatifs qui sont distribués mensuellement, par ces points relais.

Une diversification des sources d’approvisionnement en préservatifs,

Une aide de l’ARS

Dès 2019, nous étions confrontées à l’impossibilité d’être fournies en préservatifs par les instances sanitaires locales, nous avions trouvé nos propres sources.

En 2020, la situation n’a que peu évolué.

Les ActupienNEs envoient des cartons de préservatifs depuis Paris sur leur dotation de l’ARS IDF, occasionnant des frais d’envois conséquents dont on aurait pu se dispenser.

Les associations, Sida Infos Service et le Kiosque Infos Sida, nous ont fourni des lots.

La société américaine, ONE Condom, a envoyé  gratuitement des lots.

Du côté de l’ARS Dordogne, consciente de nos besoins, exprimés notamment lors d’une réunion du groupe santé sexuelle, à Périgueux, en février, a trouvé des reliquats de dotations de préservatifs non consommés des années précédentes et nous les a fourni.

En 2020, malgré deux confinements, Les ActupienNEs Bergerac ont ainsi distribué pratiquement 13 000 préservatifs (externes et internes inclus).
Nous avons également obtenu que 4000 préservatifs externes nous soient réservés par l’ARS Dordogne en 2021 sur sa dotation. Cela ne couvre pas nos besoins, mais c’est un signe positif.

 

Municipales 2020, les candidatEs répondent aux ActupienNEs

Dans le cadre de la campagne pour les élections municipales, Les ActupienNEs avons élaboré un questionnaire en direction des candidatEs. Nous en avons interrogé 4 sur 6 (la liste commune PC-EELV n’a pas répondu à notre invitation, le RN n’a pas été convié). Voici leurs réponses : 

Actions de sensibilisation sur le VIH/sida et les IST dans la ville, lors du sidaction, du 21 juin, premier décembre etc.

Hélène Gauthier est favorable à des actions de prévention dans la ville organisées par la mairie, Fabien Ruet est sur la même ligne, avec l’aide des associations, de même pour Adib Benfeddoul, avec une aide organisationnelle des associations (mise à disposition de matériel, facilitation d’attribution des lieux en rue). Au contraire, Jonathan Prioleaud considère que ces actions ne sont pas du rôle de la mairie, il renvoie vers la communauté d’agglomération et vers les centres sociaux.

Achat de préservatifs et mises à disposition dans les bars de la ville et autres espaces municipaux

Quand Fabien Ruet s’engage à l’achat de préservatifs par la ville pour une mise à disposition dans les bars de Bergerac, Hélène Gauthier est plus mesurée, favorable pour des achats servant aux actions de prévention ponctuelles dans la ville, mais plus réservée sur des achats sur l’année, en fonction du volume des budgets municipaux. Quant à Jonathan Prioleaud et Adib Benfeddoul, l’un est défavorable, l’autre réticent, mettant en avant le manque de budget sur ce poste. Cependant, Adib Benfeddoul propose qu’avec la création d’un nouveau lieu à destination des jeunes un distributeur gratuit soit installé.

Campagnes de communication sur la prévention, le dépistage et la lutte contre la sérophobie.

Hélène Gauthier, Fabien Ruet et Adib Benfeddoul sont favorables à mettre en place avec les associations des campagnes de communication sur la prévention, le dépistage et la lutte contre la sérophobie, en co-travail avec le tissu associatif, voire pour fabien Ruet en relayant celles des associations sur les supports de la ville. Jonathan Prioleaud préfère joindre la communauté d’agglomération et la Région, plutôt que la ville seule, à la diffusion de ces campagnes.

Signature de la charte « Ville sans sida » et celle d’Elus Locaux contre le Sida

Hélène Gauthier et Fabien Ruet sont favorables à signer ces chartes, en ayant travaillé en amont avec les associations locales à un plan d’action. Jonathan Prioleaud l’est également à condition que cela ne l’engage pas à trop des dépenses dont celles-ci ne relèveraient pas exclusivement de la ville. Adib Benfeddoul, lui, préfère l’action concrète, que la signature de charte.

Création d’un centre de santé avec les travailleurs sociaux

Quand Jonathan Prioleaud réoriente le sujet vers la compétence du département, Fabien Ruet y est favorable et souhaite relance l’activité du Planning Familial de Bergerac.

 

Des stands de rue de prévention qui dérangent ?

Pudibonderie et homophobie sous-jacente ?

En complément des points relais, des stands de prévention, d’information et de réduction des risques se sont tenus de juillet à fin septembre, comme ils l’ont été en 2019.

Sur ceux-ci vous y trouverez un panel large des brochures d’information destinées aux adolescents et aux adultes sur le VIH, les IST, la vie sexuelle et affective, l’usage de drogue et la réduction des méfaits, un cahier dit de vacances ENGAGES édité par le Crips IDF afin de tester l’intégralité de vos connaissances sur les IST, des boîtes nommées PREJUGIX fabriquées par la CAB qui ont vocation à rétablir des vérités sur les préjugés que certains pourraient avoir et le matériel de réduction des risques à destination des toxicomanes (Kits +, Kits crack, roule ta paille etc).

Malgré le fait qu’il n’y ait pas eu d’évolution dans leurs structures par rapport à 2019, ceux-ci furent contrôlés par la Police Municipale de la ville par deux fois, avec pour chacune des interventions un rapport de constatation de « mise à disposition de documents pouvant heurter la sensibilité des mineurs » (Rapport n°1) et la demande de retrait immédiat de 3 brochures par deux agents de la police municipale jugées, par leurs soins, comme « Pornographique » (Rapport n°2), en plus d’une menace de plier le stand liée à l’absence de papier officiel d’autorisation d’occupation de l’espace public.

Les brochures incriminées sont :

Dans le rapport n°1 : Tu suces ? (brochures sur les risques d’IST au niveau buccal), éditée par le Kiosque Infos Sida

Dans le rapport n°2 : Sexe Entre Hommes, éditée par Sexosafe, dépendant de Santé Publique France

Tomber la Culotte version 2,  guide de prévention pour les FSF (femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes) éditée par un collectif d’associations de lutte contre le sida et féministes (ENIPSE, Caelif, C2L, FièrEs, Frisse, Grey Pride, SOS Homophobie, Sida Info Service)

et Au-delà du désir (brochure spécialisée sur la pratique du chemsex), éditée par le laboratoire Gilead en partenariat avec l’ENIPSE


D’une part, l’absence de document officiel d’autorisation municipale d’occupation de l’espace public est directement imputable aux services de la mairie qui ont tardé à fournir le document, en dépit des relances du responsable de l’antenne des ActupienNEs et alors qu’une validation orale avait été donnée par la mairie. Le document fut finalement signé le 16 octobre 2020, à la fin de notre période de stands estivaux. Un tel délai de retard ne s’était pas produit avec l’ancienne équipe municipale.

D’autre part, nous récusons les termes employés dans les constats de la police municipale « documents pouvant heurter la sensibilité des mineurs » et « pornographique » vis-à-vis de brochures de prévention du VIH et des IST. Nous y voyons des relents de pudibonderie et d’homophobie sous-jacente, puisque les seules brochures visées sont à destination des LGBT.

Face aux premières menaces de la police municipale, des contacts furent pris immédiatement avec l’équipe municipale, en particulier avec les adjointEs à la vie associative, au commerce et à la santé, qui ont cerné le problème tout en assurant leur soutien à la tenue des stands.

Après le second rapport, il a fallu apporter l’intégralité des brochures mises à disposition au stand au service associatif pour que le conseil municipale de la ville les examine.

Devant les blocages sur certaines brochures présentées sur le stand, Les ActupienNEs Bergerac ont alerté l’association FLAG (Flagrant Délit), association de personnes LGBT membres des ministères de l’Intérieur et de la Justice, l’association de lutte contre le sida ENIPSE, la DILCRAH (délégation interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGBT, qui nous ont assuré de leur soutien en cas de durcissement de l’affaire, le député de la circonscription.

Cette pression a entravé notre travail et la tenue de plusieurs stands, chose qui ne s’était pas produite avec l’ancienne municipalité.  

Après un dialogue «constructif », nous avons malgré tout pu obtenir le maintien des stands pour l’année 2020 et ceux jusque fin septembre 2021, (Un jour mensuellement d’octobre à mai inclus et tous les samedi suivants),
Nous n’avons pas été soumis à une interdiction formelle de distribuer certaines brochures, par arrêté municipal, mais les brochures « tu suces » et « au-delà du désir » seront distribuées au cas par cas, à la main, seule concession de notre part.
A ce jour, il nous a été demandé, dans le mail introductif à l’arrêté municipal du 16 octobre 2020 d’occupation de l’espace public, « d’être vigilant quant à l’information diffusée au public », mention qui n’a aucun caractère coercitif et relève du pur jugement de valeur.

Action 2021 : stands de rue de prévention et d’information sur le VIH et les IST une fois par mois et tous les samedis de juin à septembre.

 

Lutte contre la sérophobie, les commercantEs et la Ville relaient notre message

A l’occasion de la journée de la disance, chaque 6 octobre, autour de la libre parole des séropos sur leur statut sérologique, la campagne des ActupienNEs contre la sérophobie a été diffusée dans 20 lieux de la ville, commerces et lieux publics. La mairie a relayé notre message sur 2 panneaux lumineux appartenant à la Ville.

 

Participation aux instances de démocratie sanitaires locales

En février, nous avons intégré le groupe santé sexuelle de l’ARS Dordogne, lors d’une réunion à Périgueux, où nous avons présenté la situation sur Bergerac et ses manques et rencontré l’infirmière du CEGIDD avant son changement de poste.

Nous faisons partie depuis l’année dernière du comité de pilotage de l’élaboration du nouveau Contrat Local de Santé (CLS2), géré par la CAB. En 2020, il n’y a pas eu de réunion, covid19 et responsable du copil qui a changé. Nous espérons une relance des travaux en 2021.

Cet été nous avons rencontré différents membres de l’équipe municipale renouvelée, l’adjoint à la vie associative, l’adjointe au commerce, l’adjointe à la santé, pour présenter l’association, nos actions et établir des actions en partenariat.

En fin d’année, nous avons pris contact avec le COREVIH Nouvelle Aquitaine et intégré leur base d’acteurRICEs localEs. De futurs échanges et partenariats pourront s’opérer en 2021.

bergeracdiagnostic-2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.