AME démantelée par les LR au Sénat, une occasion offerte par LREM, le sida est roi


Suite à un amendement introduit par le sénateur Roger Karoutchi en commission des lois le 6 juin, l’article en résultant, démantelant l’Aide Médicale d’Etat, permettant l’accès aux soins pour les étrangerEs sans papier, pour en faire une « Aide Médicale d’Urgence », fut voté le 21 juin dernier, lors des débats au Sénat sur la loi Asile et Immigration, grâce à l’abstention complice des groupes Union centriste et Les Indépendants, malgré l’opposition de membres du gouvernement présents aux débats et des autres groupes dont LREM. Dans l’opposition, c’est la course à celuiCELLE qui sera le plus à droite.

Ce démantèlement est un projet ancien et partagé des LR (ex-UMP) et du FN. A chaque vote du financement annuel de l’AME, les parlementaires de ces partis essayaient de la restreindre ; Valérie Pécresse en accédant à la présidence de la région Ile de France s’est empressée de supprimer la solidarité de transport aux bénéficiaires de l’AME et maintient sa position malgré le verdict du Tribunal Administratif l’obligeant depuis plus de 150 jours maintenant à revenir sur sa position. Les programmes présidentiels de 2017 de Fillon et Le Pen n’y ont évidemment pas échappé, alors que les partis de gauche, du plus radical au plus centriste, s’accordaient sur une réintégration de l’AME dans le budget de l’Assurance Maladie en la fusionnant avec la CMU-C, pour ne plus faire ressortir artificiellement le montant de l’AME alors qu’il ne représente que 0.5% de la branche maladie de la Sécurité sociale pour 0.5% de la population totale vivant en France, et afin que chacunE quelque soit sa situation administrative puisse bénéficier de soins préventifs et médicaux. C’est parce qu’il assure un panier de soins de base pour des personnes très fortement précarisées qu’il contribue, au milieu de plusieurs autres facteurs à prévenir l’apparition de maladies et notamment évite des contaminations au VIH, permet le dépistage, voire la mise sous traitement et la continuité des soins pour les personnes se découvrant séropositifVEs, quand près de la moitié des étrangerEs séropositifVEs en France s’est contaminée après son arrivée sur le territoire.

Si Agnès Buzyn s’est élevée contre le vote de cet article attaquant l’AME, tout comme Gérard Collomb, si des députés LREM ont annoncé qu’ils feront tout pour réintroduire ce dispositif lors du second passage de la loi Asile et Immigration à l’Assemblée Nationale, il ne faut pas oublier que c’est cette loi et son examen qui ont permis cette attaque sans précédent contre la santé des étrangerEs.

A aller dans le sens des idées des LR et du FN, par le contenu inique de cette loi, en restreignant les conditions d’obtention d’un titre de séjour et d’une demande d’asile, en limitant le recours à une demande de titre de séjour pour soins si elle n’a pas été faite avant la demande d’asile, en prolongeant la durée en centre de rétention administrative, provoquant l’expulsion d’étrangerEs malades, vers des pays où ilELLEs n’auront pas accès à un traitement, Macron, Collomb, les députéEs LREM, le silence de Buzyn sur la dégradation de la santé des étrangerEs induite par cette loi, sont responsables du vote de cet article allant dans la droite ligne de la casse du droit des étrangerEs en France et du système de soins les entourant, voulu par les LR et le FN.

Dans l’immédiat, LREM ne peut que rétablir l’AME telle qu’elle existait et s’opposer aux dispositions contenues dans la loi Asile et Immigration.


Dans un second temps, un travail doit être mené pour intégrer l’AME dans la Sécurité Sociale en la fusionnant avec la CMU-C, permettre des conditions de vie dignes aux étrangerEs en France, en passant notamment par l’obtention facilitée d’un titre de séjour ou un parcours respectueux des demandeurSEs d’asile dans leurs démarches administratives.

Contacts presse :
Romain Colson, président des ActupienNEs, presidence@leslesactupiennes.fr 0682767534
Rémy Hamai, porte-parole, porte-parole@leslesactupiennes.fr 0645609652
Mikaël Zenouda, responsable du pôle prévention combat, coordination@leslesactupiennes.fr 0613508980