Déconfinement, pas sans les séropos ni sans les séronegs

Cela fait maintenant plus d’un mois et demi que nous sommes confinéEs pour lutter contre l’épidémie de SARS-CoV-2 et que nous continuons d’observer sans relâche les contradictions du gouvernement et des différentes administrations.

PremierEs co-signataires au 4/05 : A. C. Sida, Afrique Arc en ciel Paris IDF, Afrique Avenir, le Centre LGBT Côte d’Azur, le Crips Ile-de-France, ELCS (les Elus contre le Sida), ENIPSE, PASTT, Pari-T, Turbulences               

nouveauxELLES co-signataires depuis le 5/05 : Clar-T
personnes individuelles co-signataires : Philippe Chicault, Eric Improvisi

Information – Prévention – Dépistage – Traitement

Ce sont les 4 piliers qui permettent de mettre fin à une épidémie

Comme nous le faisons pour la lutte contre le Sida, nous réclamons en cette période de crise des moyens pour la prévention, le dépistage et l’accès aux traitements disponibles et fiables. L’absence de masques et de tests est un révélateur d’une priorité qui n’a pas été mise sur le sanitaire, mais sur l’austérité et le rejet. Les annonces tonitruantes du gouvernement de « mettre de la prévention et du sanitaire dans toutes les politiques » n’ont été que de la communication (Plan ma santé 2022, Stratégie Nationale de Santé 2018-2022).

L’épidémie de SARS-CoV-2 met en lumière les blocages administratifs et règlementaires franco-français qui nuisent à notre santé. En 2019, Les ActupienNEs avaient mis un point d’honneur à ce qu’une mesure de bon sens d’accès au dépistage VIH[1] devienne réalité : autoriser toutes les associations de santé à pouvoir distribuer des autotests VIH, alors qu’actuellement seulement les associations habilitées par l’ARS pour la réalisation de TROD VIH (tests rapides) peuvent le faire. Le député Véran, qui nous avait reçu à l’époque, nous avait alors répondu que c’était à la ministre de la santé de modifier cela par arrêté et pas à lui, alors rapporteur du projet de loi de financement de la sécurité sociale. Nous attendons toujours un changement pour ce blocage. Aujourd’hui, ce même mammouth réglementaire empêche le dépistage massif au SARS-CoV-2 ! Et il y aurait tant d’autres exemples !

Le mot « déconfinement » est sur toutes les bouches mais notre association de lutte contre le sida constate que les autorités n’envisagent rien de spécifique pour les séropos :

  • Santé Publique France (l’Agence Nationale de Santé Publique) et les ARS ne nous ont fait parvenir aucune information en leur possession sur la réalité du SARS-CoV-2 chez les séropos. Sont-ilELLEs plus touchéEs ? Moins touchéEs ? Leur traitement antirétroviral serait-il un facteur protecteur ? … Rien ne nous a été dit.
  • Le Haut Conseil de la Santé Publique a inclus les personnes infectées par le VIH et avec des CD4 en faible nombre comme des personnes à considérer comme présentant un risque de développer une forme sévère de SARS-CoV-2[2]. Chose que nous complétons par le fait que bon nombre de séropos ont des pathologies qui se greffent à leur VIH (diabète, cardio-vasculaire, BPCO, cancers, …).
  • Nous demandons que les séropos au VIH soient prioritaires pour l’accès à du matériel de prévention gratuit (masques, gants), ainsi qu’aux tests PCR et aux sérologies du SARS-CoV-2.

  • Des populations fortement exposées au VIH se trouvent de fait particulièrement exposées au SARS-CoV-2 compte tenu de leur situation sociale précaire et de leur non accès à un logement digne : travailleurSEs du sexe, usagerEs de drogues, migrantEs. Nous demandons au gouvernement de prévoir enfin des mesures spécifiques pour ces populations, en concertation avec des associations représentatives de leurs communautés, associations qui ont déjà mis en œuvre des actions de soutien qu’il faudra financer a posteriori.

Le gouvernement alerte sur le manque du recours aux soins actuels, nous rappelons aux personnes vivant avec le VIH, qu’elles doivent continuer à se faire suivre aussi pour leurs comorbidités. Nous proposons à ce sujet que soit réalisée par l’Etat une grande campagne pour le dépistage du VIH et des hépatites, prise en charge à 100%, à coupler en même temps que le déploiement des dépistages du SARS-CoV-2[3].

Nous rappelons que le dépistage ne peut être obligatoire, il doit se baser sur la volonté des patientEs et la confidentialité des résultats.

Aussi, si le confinement a obligé à une certaine abstinence sexuelle pour les célibataires, le déconfinement amorcera une reprise de l’activité sexuelle. Pour que l’épidémie de VIH ne soit pas relancée, après avoir été possiblement freinée par le confinement, il faut coupler à une campagne de promotion du dépistage un rappel sur les outils de prévention disponibles à utiliser pour ne pas se contaminer et ainsi veiller à rendre accessibles au plus grand nombre préservatifs tant externes qu’internes, PreP et traitement post-exposition.

Nous exigeons en plus d’une campagne de promotion du dépistage VIH et hépatites, que l’enquête « Rapport au sexe », réalisée tous les deux ans par Santé Publique France, fasse un focus spécifique sur la période confinement-déconfinement.

Enfin, nous soutenons la campagne « Pour un moratoire, nous suspendons notre loyer ! »[4] lancée le 17 avril pour la mise en place d’un moratoire national des loyers (et des traites pour les accédants) c’est à dire l’arrêt de toute sanction à l’encontre des locataires et accédants en impayés, la mise en place d’un fonds pour couvrir les impayés, complété si besoin par un apurement des dettes, l’arrêt de toute expulsion, la baisse générale des loyers et la hausse des APL, la réalisation massive de vrais logements sociaux et la réquisition des logements vacants pour les sans-logis…

Il est hors de question que les séropos, dont nous soulignons régulièrement l’isolement, restent confinéEs pendant des mois et soient la dernière roue du carrosse.


Les ActupienNEs exigent : 

  • D’avoir les données sur VIH et SRAS-COV ;
  • Que les séropos au VIH soient prioritaires pour l’accès à du matériel de prévention gratuit (masques, gants), ainsi qu’aux tests PCR et aux sérologies du SARS-CoV-2, tout en n’étant pas confinées sine die ;
  • Que l’accès au dépistage ne soit pas conditionné par une prescription médicale
  • Pour les populations les plus précaires, la mise à disposition de locaux d’hébergement et des aides financières, en concertation avec les associations communautaires ;
  • Que soit réalisée par l’État une grande campagne pour le dépistage du VIH et des hépatites, prise en charge à 100%, à coupler en même temps que le déploiement des dépistages du SARS-CoV-2 ;
  • que soit réalisée par l’État une grande campagne de promotion des outils de prévention contre le VIH (préservatifs tant externes qu’internes, PreP et traitement post-exposition, TasP) ;
  • Que l’enquête « Rapport au sexe », réalisée tous les deux ans par Santé Publique France, fasse un focus spécifique sur la période confinement-déconfinement.

Contacts presse : Mikaël ZENOUDA – Président  presidence@lesactupiennes.fr 0613508980
Rémy HAMAI – Porte-Parole porte-parole@lesactupiennes.fr 0645609652

Christophe MATHIAS – Pôle Séropos en Combat vivreavec@lesactupiennes.fr 0766017610

[1]https://lesactupiennes.fr/plfss-2020-un-amendement-de-bon-sens-sur-le-depistage-flingue-par-le-rapporteur-du-projet-de-loi-des-parlementaires-du-cote-du-sida

[2]https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=775

[3] Il est en effet recommandé un dépistage pour le VIH au cours de la vie en population générale.

[4]https://www.droitaulogement.org/2020/04/soutenons-la-campagne-pour-un-moratoire-nous-suspendons-notre-loyer/

Une réflexion sur « Déconfinement, pas sans les séropos ni sans les séronegs »

  1. Qu’en est-il des tests sérologiques rapides (bout du doigt) ? Il me semble qu’ils seraient intéressants pour les personnes « à risque », vieux séropos avec diabète, HTA., etc… Une indication de leur probable immunisation leur donnerait un peu de confort dans la tête. Mais je doute que le « confort » soit une priorité pour la plupart de nos responsables ? Seront-ils vendus librement ( il paraît que ca coûte une vingtaine d’euros)

Répondre à Jean-Marc Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *