FICHE INFO n°4 : les co-infections par les virus des hépatites

Ce qu’est la pathologie :

L’accès universel aux nouveaux traitements pour le VHC a permis d’améliorer leur prise en charge, abaisser les effets secondaires et augmenter les taux de guérison. Pour autant, la co-infection par le VIH majore le risque de fibrose hépatique. Par ailleurs, il demeure des risques d’interactions médicamenteuses avec certains traitements antirétroviraux (IP et inhibiteurs de la NS5A), et le risque de recontamination suite à une nouvelle exposition après traitement d’un VHC arrive fréquemment.

D’autre part, même en cas de stabilité immunologique, le risque d’évolution vers un hépatocarcinome (cancer du foie) est supérieur chez les séropos.

Rappel : l’hépatite B se transmet par contact avec le sang ou d’autres fluides corporels provenant d’une personne infectée, dont les sécrétions vaginales et le sperme.

Contrairement à l’hépatite B, il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C. Elle peut être transmise en cas de contact entre le sang et / ou le sperme et / ou les sécrétions rectales et une muqueuse lors d’un rapport sexuel non protégé. Ces dernières années, les rapports sexuels non protégés sont devenus le mode de transmission le plus fréquent en Europe et concernent particulièrement les gays, bi et autres HSH, notamment ceux ayant des pratiques de fist non protégé ou mal protégé où les contacts avec du sang peuvent être plus fréquents. L’usage systématique des préservatifs et de gants à usage unique (pour les fists) évite la transmission du VHC, du VIH et autres IST.

Quelques chiffres chez les séropos :

Les co-infections par les virus des hépatites VHC, VHB et VHD sont plus fréquentes chez les séropos qu’en population générale (entre 16,5 et 19 % versus 0,75 % pour le VHC, 7 % versus 0,65 % pour le VHB et 12 % versus 4 % pour le VHD chez les co-infectées VHB).

Prévention et recommandations de prise en charge :

Le dépistage des hépatites est effectué de façon systématique lors du bilan hospitalier avec l’infectiologue. Les principaux points d’attention sont :

  • la promotion de l’usage du préservatif et des gangs pour la pratique du fist, notamment compte tenu du risque de réinfection par le VHC,
  • le risque d’interaction entre les antirétroviraux VIH et le(s) traitement(s) pour les hépatites,
  • l’effet potentiel du traitement antirétroviral VIH sur le VHB en cas de co-infection avec le VHB, ainsi le Ténofovir, ayant une double activité sur le VIH et les hépatites, doit être privilégié,
  • la nécessité d’un suivi au long cours en présence d’une fibrose ou une hépatopathie compte-tenu du risque d’hépatocarcinome (cancer du foie),
  • la vaccination de l’entourage pour l’hépatite A et l’hépatite B qui doit être favorisée, notamment en cas d’hépatite B chronique.

Il convient de favoriser la vaccination anti-VHA, anti-VHB (cf. vaccinations) pour les personnes non protégées et contrôler son efficacité par le titrage des anticorps 1 à 2 mois après la réalisation du schéma vaccinal. La diminution de la réponse immunitaire attendue suite à un vaccin chez les séropos peut justifier des schémas vaccinaux particuliers à discuter avec le médecin infectiologue.

Évaluer et prendre en charge l’atteinte hépatique :

En l’absence de fibrose hépatique, la prise en charge des hépatites (VHC et VHB) est la même qu’en population générale.

La surveillance de la fibrose doit être effectuée, même après traitement du VHC.

Chez les PVVIH co-infectées VIH-VHC et/ou VIH-VHB, l’évaluation de la fibrose est effectuée tous les 12 mois par biopsie ou méthode non invasive.

Évaluer le risque du cancer du foie :

Une échographie est proposée tous les 6 mois aux séropos pré-cirrhotiques ou cirrhotiques, et/ou co-infectées par le VHB avec facteurs de risque (ADN VHB > 2 000 UI/mL, et âgées de plus de 50 ans ou originaires d’Asie ou d’Afrique subsaharienne). Elle peut être associée au dosage d’alpha-fœto-protéine.

En présence d’une infection VHB contrôlée et en l’absence de cirrhose, la fréquence d’examen est abaissée (échographie tous les 3 à 4 ans).

L’instant prévention #BonnesRésolutions

Vaccinations des personnes séropositives

Il est préférable de vacciner lorsque la charge virale VIH est indétectable et si possible quand le taux de CD4 est supérieur à 200/mm3, pour que la réponse immunitaire attendue par la vaccination soit la meilleure.

L’intérêt de vacciner les adultes séropos contre le papillomavirus Humain n’est pas certain, du fait d’avoir déjà été à coup sûr en contact avec le virus dans leur vie sexuelle et de la moins bonne réponse immunitaire. Il est tout de même préférable de se faire vacciner contre.

Vaccin des séropos
(recommandation)
Nombre de doses et intervalles entre les injections
Hépatite A
(vaccination des HSH, des co-infectéEs, des personnes ayant une atteinte hépatique, des voyageurs à destination d’une zone
d’endémie du VHA )
1 dose suivie d’une dose de rappel 3 à 12 mois plus tard.
Hépatite B
(Vaccination de tous les séropos)
4 doses, en respectant un intervalle :
1 mois entre la 1ère et la 2ème dose,
1 mois entre la 2ème et la 3ème dose
4 mois entre la 3ème et la 4èmedose.
Papillomavirus humain
(Recommandé seulement aux HSH de moins de 26 ans…)
Schéma à 3 doses avec GARDASIL9® : 1 dose, puis la 2ème dose deux mois plus tard, puis la 3ème dose trois mois plus tard.
Vaccination des jeunes filles et garçons entre 11 et 19 ans comme dans la population générale.
Méningocoque C
(Vaccination de toutes les personnes de moins de 25 ans n’ayant pas été vaccinées durant les premières années de vie)
1 dose unique
Grippe saisonnière pour les séropos1 dose tous les ans
Pneumocoque pour les séropos 1 dose, puis une 2ème dose 8 semaines à 1 an après,
1 dose de rappel tous les 5 ans
Diphtérie, tétanos,
poliomyélite et coqueluche
Rappel à faire tous les 10 ans
Le vaccin BCG est contre-indiqué quel que soit le niveau de lymphocytes T.CD4 (CD4).
La vaccination par des vaccins vivants (Rougeole-oreillonsrubéole, varicelle, fièvre jaune) est réalisable pour toutes les séropos, en cas de taux de CD4 > 200/mm3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *